Peur et spiritualite

Peur et spiritualité

Il y a peu, j’ai discuté avec un ami qui revenait d’un stage de développement des capacités spirituelles, guérison, etc… Il m’a expliqué que la personne qui offrait ce stage a énormément insisté sur les protections, le bas astral, l’ombre avec force de détails et m’a demandé pourquoi je n’en parlais jamais.

La première raison est que j’ai conscience que ce vers quoi ma pensée se dirige devient ma réalité. Si je cherche à me protéger, c’est que je vis dans un monde où je laisse entrer la peur. La peur, étant une énergie de fréquence très basse, entre en résonance avec les énergies équivalentes. Les décisions prises basées sur la peur sont souvent inefficaces, non alignées et engendrent d’avantage d’expériences nécessitant de la protection. Cela devient un cercle vicieux. La peur reflète la peur, la peur engendre la peur. La meilleure forme de protection reste pour moi de vibrer aux fréquences élevées que sont la joie, l’amour, le rire, le partage, la confiance, la foi… Toute ma pratique spirituelle tend à cela. Lorsque je m’en éloigne, j’utilise tout ce que je connais pour y revenir. La peur n’est pas une qualité spirituelle, pourquoi alors l’enseigner dans ce genre de stages. Pourquoi ne pas enseigner plutôt la compassion, l’acceptation pour tout ce qui est sans porter de jugement ce sur qui est. Pourquoi ne pas enseigner l’élévation de l’esprit, la beauté, la générosité, l’Unité. Si nous voyons des ennemis dans le monde spirituel, nous les voyons dans le monde de la matière. Nous faisons le jeu de la séparation, de l’ego, de « moi je suis meilleur que l’autre ; moi je suis dans la Lumière et pas toi ; je crois à la croyance qu’il existe quelque chose en dehors du Un. »

La deuxième raison pour laquelle je ne cherche pas à me protéger est que j’aime savoir où j’en suis, j’aime regarder ma réalité en face. Si un jour j’entre en résonance avec quelque chose ou quelqu’un, visible ou invisible dont j’estime les fréquences basses, cela signifie – dans ma conception de la spiritualité – que quelque chose en moi vibre aux mêmes fréquences. En effet, seules les énergies de même fréquence se reconnaissent entre elles. Certes, je pourrais me raconter des histoires et me dire que quelque chose ou quelqu’un me veut du mal parce que je suis dans la Lumière, parce qu’«on » veut m’arrêter, parce qu’il existe des forces du mal, parce que je suis une victime… Oui, je pourrais, mais cela n’offre aucun intérêt dans mon univers. Je préfère travailler sur mes émotions de faibles vibrations (peur, colère, envie, tristesse…) lorsque j’en ai plutôt que de me raconter des histoires sur les raisons pour lesquelles telle ou telle chose m’arrive.

  Je n’ai pas envie de croire en une spiritualité basée sur la peur, le besoin de protection. Ma spiritualité ne laisse pas vraiment de place à quoi que ce soit en dehors de moi dans l’expérience que j’ai du monde. Si quelque chose de négatif survient dans ma vie, je me tourne vers moi et je me pose ces questions : la chose que je juge négative l’est-elle vraiment ?, si la réponse est non, j’observe ce que cette expérience m’a apporté et je me rends souvent compte qu’elle m’a fait grandir. Si la réponse est positive, je cherche en moi les pensées erronées qui ont engendré ce qui ne me convient pas et je change tout simplement de pensée.

Parfois, j’ai réellement du mal à comprendre certains discours spirituels. On me dit que tout est Un mais en même temps, il y a le mauvais et le bon, le bien et le mal. On me dit que Dieu est en tout mais certaines choses en sont dépourvues. Au risque de choquer certains, c’est pour moi une spiritualité primitive dans laquelle on en est encore à avoir peur que le Ciel nous tombe sur la tête, où on croit au châtiment divin, où l’on croit que l’on doit combattre des forces maléfiques.

Nous vivons dans le monde de la dualité, le « bien » et le « mal » font partie intégrante de notre expérience « évolutionnelle », vouloir l’un sans l’autre n’a pas grand sens.

  Lorsque nous prenons part à l’environnement de peur dans lequel la télévision, les journaux, les conversations, nous plongent sans discontinuer, nous ne rendons pas service au monde. Je crois que le rôle de ceux qui s’intéressent à la spiritualité, de ceux qui l’enseignent est de rendre le monde meilleur. En quoi alimenter la peur rend le monde meilleur ?

  Je ne me protège pas, je suis une personne consciente qu’une joie profonde l’habite et qui n’a de cesse que de vouloir la partager avec le plus grand nombre possible. Aujourd’hui, j’ai participé à un déjeuner protocolaire où il était question de tout ce qui va mal dans ce monde. Chacun son rôle, le mien, en tant qu’être ayant décidé de faire de la spiritualité sa raison d’être, est de montrer, vibrer tout ce qui va bien dans ce monde. Alors c’est ce que j’ai fait.

  Je ne me protège pas, tout simplement parce que je ne crois pas au mal. Je crois aux pensées erronées. Lorsque j’interroge mes pensées, je découvre TOUJOURS que ce sont elles qui ont engendré mes expériences et surtout ce que je perçois du monde.

  Je ne me protège pas alors je ne parle pas de protection durant mes ateliers et aucune des merveilleuses personnes qui y assistent n’en émettent le besoin.

  Je ne me protège pas, cela ne signifie pas que rien de « mal » ne m’arrive, cela veut dire simplement que je suis d’accord pour accueillir toutes les expériences que la vie veut bien m’offrir. Parfois, cela me prend du temps pour entrer dans l’acceptation, dans la compréhension, mais je sais que la seconde où je cherche à lutter, j’engendre la guerre en moi et dans le monde.

  Je ne me protège pas, j'aime trop la vie et le monde pour cela.

6 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • Johanna
    • 1. Johanna Le 03/07/2016
    Merci chère Vibrasson.
  • Johanna
    • 2. Johanna Le 03/07/2016
    Isa-Belle,

    Dès lors que tu crois que ton patient a des entités, pourquoi ne les prendrais-tu pas ? Ta croyance fait l'expérience. Si tu penses que des entités peuvent agir négativement sur nous, que tu les vois sur les autres ou sur toi revient au même. Interroge tes croyances sur les entités plutôt que de savoir si tu "les prendras ou pas".
  • Vibrasson
    • 3. Vibrasson Le 03/07/2016
    Merci pour ces textes qui sont une bouffée de fraîcheur dans cette jungle spirituelle.
  • Isa-belle
    • 4. Isa-belle Le 24/06/2016
    Bonjour Johanna,

    Merci beaucoup pour ta réponse. Cela veut dire que si je fais un soin et que je me protège pas, il ne m'arrivera rien ? Je ne prendrai pas les entités de mon patient ?
  • Johanna
    • 5. Johanna Le 23/06/2016
    Chère Isa-Belle,
    Tout ce en quoi tu crois existe. La réalité dans laquelle tu vis n'est et ne peut être que le reflet de tes croyances. Si tu tombes et que tu crois que tu viens de subir une attaque du bas astral, c'est vrai. Si tu tombes et que tu te dis "j'avais la tête ailleurs", c'est vrai mais tu te relèves et passe à autre chose. Lorsque tu focalises ton attention sur les entités, elle rempliront ta vie, tu les verras partout, dans chaque difficultés que tu éprouveras. Tu as le choix de tes croyances et en fonction d'elles, tu auras une expérience équivalente. Il y a quelques temps, une personne m'a appelée en me demandant de la libérer d'entités car tout était en vrac dans sa vie et tous ses appareils électroménager tombaient en panne. Nous avons fait un travail sur les émotions dont elle était envahie, les choses sont rentrées dans l'ordre. Elle venait de vivre une séparation douloureuse. Lorsqu'elle croyait qu'il s'agissait d'attaques de "l'ombre", elle se sentait impuissante et victime et m'a appelée à l'aide mais dès qu'elle a compris qu'elle observait son monde intérieur dans le monde extérieur, elle a repris son pouvoir personnel et a été patiente avec son processus d'intégration émotionnelle.
    Merci beaucoup pour ton adorable et encourageant message.
    Bien à toi.
  • Isa-belle
    • 6. Isa-belle Le 23/06/2016
    Bonjour Johanna,
    J'aime beaucoup tous tes textes, ils sont très intéressants et définitivement différents de tout ce qu'on peut trouver sur la toile dans ce domaine. C'est positif et j'ai appris plus sur ton site que dans les livres que je m'acharne à lire. J'aime ta clarté et ta simplicité et ta générosité !!
    Voilà qui est dit. Maintenant, la question que je me pose en lisant cet article est de savoir si les entités, le bas astral et toutes ces choses dont on doit se protéger existent vraiment ou pas ? Parce que j'ai fait beaucoup de stages où on nous dit qu'il est très important de se protéger avant de faire des soins, avant de sortir de chez soi... Je suis un peu perdue maintenant avec tout ça. Si toi tu ne parles pas de ça pendant tes stages, ça veut dire que ça n'existe pas ?
  • Sidonie
    • 7. Sidonie Le 21/06/2016
    Merci Johanna pour cette réponse riche. En fait, si je comprends bien, tout est une question de point de vue. C'est ce que tu crois qui compte. En fait, je le sais mais le plus difficile, c'est de penser à l'appliquer pour tout. Comme tu le vois, j'ai encore du chemin à faire ! et je te remercie du temps que tu as pris pour me répondre.
  • Johanna
    • 8. Johanna Le 20/06/2016
    Chère Sidonie,

    Je te remercie pour ton message. Je te répondrai en te parlant d'une expérience que j'ai eu l'année dernière. Je faisais une conférence et une personne qui connaissait ma façon d'envisager la spiritualité m'a dit : "fais attention à ce que tu vas dire parce que ce sont des novices". J'ai choisi de ne pas répondre à cette affirmation qui pour moi était tout à fait infondée. J'ai fait ce que je fais toujours : j'ai donné une entière confiance aux participants. Nous avons abordés des notions de métaphysique très pointues et, peut-être par défi, j'ai été très loin avec le groupe. Tout le monde (sauf une personne qui est partie avant la fin) a non seulement compris mais fait sienne les théories que nous avons abordées. J'ai choisi de ne pas me préoccuper de ce qu'on appelle les niveaux d'évolution. J'ai la croyance que si une chose n'est pas comprise, c'est qu'elle est mal expliquée. Je pars du principe que tout le monde a les mêmes connaissances que moi, mon seul rôle est de rafraîchir la mémoire. Lors de mes ateliers de clairvoyance par exemple, je ne montre pas aux personnes présentes quoi faire, je leur dis "voilà ce que nous allons faire aujourd'hui" et elles le font parce qu'elles ont déjà tous les "dons". Dans le cadre de ma pratique spirituelle, je ne favorise pas la séparation, je ne dichotomise pas le monde aussi je m'adresse à chaque personne comme si elle avait tout en elle parce que réellement, je crois que nous avons tout en nous, nous avons juste besoin que quelqu'un l'observe pour que nous puissions en prendre conscience. C'est ce que j'attendais des personnes "spirituelles" il y a bien longtemps de cela sans le trouver, aussi, c'est ce que je souhaite offrir.
    Bien à toi,
    Johanna.
  • Sidonie
    • 9. Sidonie Le 18/06/2016
    Bonjour Johanna,

    Je voudrais ajouter quand même que chacun a son niveau d'évolution et il y a des personnes qui ont besoin de ce genre de stages. Quand les gens débutent, ils vont vers cette spiritualité qui ressemble à leur monde. Plus ils avanceront, plus ils se rendront compte qu'il y a une autre façon de penser. Je suis d'accord avec tout ce que tu écris mais une personne qui a besoin de ces stages ne comprendra pas ta spiritualité. Toi tu penses que tous tes problèmes viennent de toi mais il y a encore beaucoup de personnes qui pensent et qui ont besoin de penser que ça vient de l'extérieur, que les ennemis sont l'extérieur d'eux. Ils n'accepteront jamais ta façon de voir les choses parce qu'ils sont aux début de leur évolution. Moi j'allais à ces stages et j'y croyais dur comme fer. Maintenant que j'ai beaucoup travaillé sur moi, je pratique ce que tu écris, mais ça demande des efforts. Alors, c'est déjà un premier pas. Moi, je ne peux pas cracher dans la soupe, c'est ce genre de stage qui m'a amené là où j'en suis aujourd'hui. Même si j'allais encore plus mal après parce que je voyais l'ombre partout et que maintenant j'ai l'impression que ça s'adresse aux enfants, je pense que c'est quand même important pour commencer.
    J'aimerais bien avoir un retour sur ce que j'ai écris si tu veux bien.
    Merci pour tout ce que tu donnes.
  • Sarah
    • 10. Sarah Le 16/06/2016
    Encore une fois merci Johanna pour ce très beau texte.
  • Anne Merval
    • 11. Anne Merval Le 15/06/2016
    Bonsoir Johanna,
    J'apprécie beaucoup cet article. L'image est aussi très belle. C'est exactement ce que je j'avais besoin de lire.
    Tout est très beau et m'aide beaucoup. Je suis touchée par ce que tu donnes et comme la vie ne m'a pas donné beaucoup, ton site est un cadeau du ciel. Ma santé m'oblige à rester à la maison alors lire tes articles est ma bouffée d'oxygène.
    Merci de tout mon coeur.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau